HIROSHIGE UTAGAWA 1797 - 1858

Né à Edo en 1797, Hiroshige s'appelait alors Ando Tokutaro. Son père, Ando Gen'emon, était un samouraï-pompier pour le shogun. A l'âge de douze ans, ses deux parents meurent. Il hérite de la charge de son père à la brigade des pompiers d’Edo, mais, peu intéressé par cette charge, il s’oriente vers l’art et entre en 1811 dans l’atelier de Toyohiro, frère du dessinateur Toyokuni, chef de file de l’école d’Utagawa. Toyohiro incarnait un art intimiste et sentimentaliste qui a laissé une marque profonde sur l’œuvre d’Hiroshige. Reçu membre de l’école d’Utagawa en 1912 sous son nom d’artiste Utagawa Hiroshige, il continue de collaborer avec Toyohiro jusqu’à la mort de ce dernier en 1828.

Lors d’une mission officielle d’accompagnateur des convois officiels vers Tokyo en 1832, il s’y rend en empruntant la route du Tokaïdo qui reliait Edo avec Kyoto. Les stations étaient des endroits où les taxes étaient perçues et les voyageurs pouvaient passer la nuit ou se restaurer. Pendant le voyage, il croque sur le vif les scènes qui jalonnent ce long parcours aux paysages variés. Ces dessins qui constituent la série des cinquante trois relais du Tokaïdo sont publiés en 1833-1834 et rencontre un vif succès. Pendant les dix années suivantes, Hiroshige renouvelle son approche du paysage à travers des séries telles que les huit vues du lac Biwa, les soixante neuf relais de la grande route de Kiso…

Jamais sans doute un maitre de l’Ukiyo-e ne comprit ni ne traduisit mieux l’âme même de la nature. Son génie fut de montrer certes les paysages les plus remarquables de l'archipel, mais aussi des vues plus communes de simples rues et de maisons ordinaires.

La vie était toujours présente ou suggérée. Le choix du dessinateur ne se portait pas sur des personnages inaccessibles comme de grands acteurs de kabuki, des sumotoris, ou des bijins à la beauté et à la grâce trop parfaites. II se portait sur le peuple en mouvement, celui du Japon profond.

Cette humanité, ce respect des autres et de la nature demeurent immédiatement perceptibles, ce qui explique qu’Hiroshige reste un des plus célèbres artistes japonais.