Passer aux informations produits
1 de 3

CHIKANOBU TOYOHARA 1838-1912

Estampe Japonaise de Chikanobu | Jour de la Fête Hatsu Uma

Estampe Japonaise de Chikanobu | Jour de la Fête Hatsu Uma

 Une estampe japonaise ancienne, en triptyque (trois parties), illustrant le jour de fête Hatsu Uma,

Des acteurs sont réunis sur le parvis d’un ôoku (pavillon des femmes) avant une performance spéciale pour la Nouvelle année, célébrant Hatsu Uma, ayant lieu le premier jour du deuxième mois. Un faucon est perché sur le bras du jeune homme à gauche, tandis que l'acteur à côté de lui tient le rôle féminin (onnagata) de « la jeune fille aux glycines ». A droite, Benkei, en habit de moine, figure historique populaire du XIIème siècle, porte une cloche, tandis que le démon rouge de fureur devant lui, a été vaincu par Aotake Goro, le personnage qui porte l’énorme flèche.

De très fins et nombreux détails, des coloris subtilement estompés pour cette estampe japonaise admirablement composée. 

Cette estampe apparaît à la page 173 du livre de Bruce A. Coats : Chikanobu, Modernité et Nostalgie dans l’estampe.

Série : Palais de Chiyoda  (Chiyoda no Ooku)

Edition circa : 1896/1897

Dimension : Triptyque, 75x36 cm 

Conditions : Bonne condition 

Prix habituel 840,00 EUR
Prix habituel Prix soldé 840,00 EUR
Vente Épuisé
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
Afficher tous les détails
  • ENVOI ET LIVRAISON

    🎁 Frais de port offerts dès 350€ d'achat
    ♻️ Emballages recyclés.
    🚀 Envoi sous 48h

  • RETOURS ET ÉCHANGES

    Une hésitation ? Ne vous inquiétez pas, vous pouvez nous retourner votre achat dans un délai deux semaines après la réception de votre colis, et l'échanger contre tout article ou bon d'achat, en ligne et en boutique.

Questions fréquentes

D'où vient cette Estampe ?

Cela fait plus de dix ans que nous travaillons dans le monde passionnant des Estampes Japonaises (Ukiyo-e). Au cours de ces années, nous avons tissé des liens avec les plus grandes maisons d'édition d’estampes du Japon, ainsi qu’avec de nombreux autres spécialistes comme les musées ou encore des collectionneurs privés. La sélection que nous vous présentons ici vient principalement du Japon, et des plus grands professionnels de cet art.

Comment sont fabriquées les Estampes Japonaises ?

La tradition de l’Estampe Japonaise est une collaboration entre plusieurs corps de métier nécessitant un grand savoir-faire. 

1️⃣ L’artiste réalise le dessin sur du papier washi très fin (papier artisanal japonais en fibre de bois de mûrier)

2️⃣ Celui-ci est confié au graveur, qui va ensuite graver ce dessin sur autant de bois qu'il y a de couleurs dans l’Estampe (une Estampe peut nécessiter jusqu’à 21 bois gravés pour sa réalisation !). Le dessin original est détruit lors de ce processus.

3️⃣ Ces bois sont ensuite confiés à l’imprimeur, qui va les encrer un par un et passer le papier washi vierge d’un bois à l’autre, en le frottant à chaque étape pour l’imprégner des couleurs, jusqu’à la réalisation finale de l'estampe. 

4️⃣ Enfin, l'éditeur s'occupe de sa diffusion. C’est d’ailleurs  lui qui est souvent à l’initiative du processus, et il est également le propriétaire des bois. Il peut donc décider quand rééditer une Estampe et quand regraver des bois. 

Chaque Estampe étant réalisée à la main, elles diffèrent toutes légèrement l’une de l’autre, chaque pièce est donc unique.

Les Estampes Japonaises sont-elles numérotées ?

Dans la tradition de l’Ukiyo-e, les Estampes Japonaises ne sont pas numérotées. C’est un art multiple. Mais les Estampes étant toutes imprimées une par une à la main, il n’y en a pas deux identiques ! 

Les tirages sont également limités par la nature même de la technique : le bois gravé ne peut supporter qu’un certain nombre de tirages (environ 300), au-delà duquel son usure ne permet plus une impression de qualité. Le tirage est alors arrêté. Pour les Estampes à succès les éditeurs avaient donc coutume de regraver des bois, afin de poursuivre leur diffusion. Sous l’influence occidentale, certains artistes contemporains numérotent maintenant leurs œuvres. 

Puis-je recevoir cette Estampe encadrée ?

Tout d’abord, n'hésitez pas à consulter nos Estampes Japonaises déjà encadrées, vous y trouverez sûrement votre bonheur ! Tous les cadres présents sur le site peuvent aussi être réalisés pour votre Estampe Japonaise.

Nous ne réalisons pas directement les encadrements aussi pour un choix plus vaste nous confierons votre estampe à Hélène de l'Atelier Saint Romain, spécialiste en encadrement d'estampe japonaise. Elle vous proposera différentes solutions d'encadrement, adaptées à votre estampe. Elle se chargera de la réalisation et de l'envoi postal de votre cadre si vous ne pouvez pas venir le chercher.
Comptez un délai de 2 à 3 semaines selon le cadre choisi.

Envoyez-nous votre demande d'encadrement avec l'achat de votre estampe, soit par la fiche contact du site, soit par téléphone au 09 53 21 48 61. Hélène prendra ensuite contact avec vous.

Tous les cadres sont réalisés manuellement, et l’Estampe Japonaise est encadrée avec des matériaux respectant ce type d'œuvre qui nécessite des précautions particulières pour assurer une conservation optimale

CHIKANOBU TOYOHARA

1838-1919

Né dans la préfecture de Niigata, Chikanobu étudia avec Toyahara Kunichika qui fut lui-même l’élève du célèbre Kunisada.

Il a fait sa réputation artistique dans les années 1880 avec les triptyques illustrant des événements politiques de l'époque Meiji, les représentations de la famille impériale, et les coutumes et les mœurs de l'évolution du Japon, particulièrement les femmes et les enfants.

Son travail demeure un témoignage de tout premier plan sur cette période de transition que fut l’ère Meiji, partagée entre tentation de la modernité et nostalgie d’un passé glorieux et largement mythifié.

Il fut l'un des derniers maîtres incontestables de l'estampe japonaise de la deuxième moitié du XIXe siècle, avec une production d'estampes de grande qualité.

Voir toutes les Estampes

Courant artistique : Période Meiji

Voir toutes les Estampes

Des questions ? N'hésitez pas !