Les Daruma

Le daruma est une figure qui fait partie de la famille des "engimono", les objets qui portent bonheur. 

Le daruma est la représentation du moine bouddhiste indien Bodhidharma. Selon la légende, ce moine partit en Chine pour transmettre le bouddhisme. Il s'isola dans une grotte du Mont Song et médita face au mur. Un jour, il s'endormit pendant sa méditation, en colère, il décida de se couper les paupières pour se punir. Il médita ainsi pendant neuf années jusqu'à en perdre les jambes et les bras (ce qui explique pourquoi il est représenté sans ses membres). Il finit par se rendre au Japon où il est considéré comme le fondateur du bouddhisme zen. Il aurait vécu jusqu'à 150 ans.

Sa forme et ses caractéristiques sont aussi inspirées des poupées chinoises "budaweng" qui peut se traduire par "le vieillard qui ne se renverse pas". En effet, le daruma possède souvent une base arrondie, lestée, qui lui permet de se redresser tout seul. De ce fait, Il est aussi un symbole de persévérance. 

Il est d'abord vu comme protecteur contre la variole qui arrive au Japon en 735, de nombreuses vagues d'épidémies se succèdent, ce qui entraîne la multiplication des daruma. Une tradition va alors voir le jour : lorsque la personne tombe malade, elle dessine l'oeil gauche du daruma puis quand elle est enfin guérie, elle dessine l'oeil droit. Cette tradition va perdurer et on peut aujourd'hui trouver des daruma sans pupilles, il faut alors peindre la première lorsqu'on se fixe un objectif à atteindre et la deuxième lorsque celui-ci a été atteint.

Aujourd'hui, les daruma sont produits en majorité dans la ville de Takasaki, il  existe cependant de nombreuses formes de daruma avec différentes couleurs, en papier mâché, en bois ou en plastique...  

En bref, le daruma est très apprécié au Japon, il est symbole de chance, de persévérance et de prospérité.

Retrouvez nos darumas dans la collection Kokeshi: 

Si vous voulez en savoir plus sur ce drôle de personnage, nous vous conseillons la lecture du livre de Joranne, plein de détails, Maneki-neko et autres histoires d'objets japonais chez Sully Le Prunier.

@joranne @sullyleprunier



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés